Club d’Astronomie de Lyon Ampère

Une classe d’astronomie

par un professeur de l’école Notre dame des Prés en Hte Savoie

mardi 13 janvier 2004 par webmaster

Ma classe de CM2 (enfants de 10 ou 11 ans) a effectué un séjour à Notre-Dame du Pré en Haute-Savoie du 7 au 11 avril, séjour dont le thème était l’astronomie.

Pourquoi avoir choisi comme thème l’astronomie ?

En premier lieu, parce que je suis plus scientifique que littéraire (ce qui est presque une tare dans mon métier), et que ce domaine m’intéresse beaucoup. En effet, quand on choisit de passer quelques jours avec des enfants, avec un animateur compétent, sur un thème précis, il faut avant le départ, mettre en place quelques notions élémentaires, et surtout au retour, être capable d’assurer le service après-vente, c’est-à-dire de répondre aux questions qui immanquablement se présenteront, de renforcer et d’ordonner les acquis du séjour, de suivre des pistes ouvertes par l’animateur.

En second lieu, parce que nous avons travaillé toute l’année sur le thème de la science-fiction en français : lecture de romans (des plus accessibles aux plus difficiles comme Autour de la Lune ou Chroniques martiennes), de BD (Valerian et Laureline, Yoko Tsuno), écriture de textes et confection d’une BD en cette fin d’année.

J’aimerais faire un aparté qui a un petit rapport avec l’astronomie, mais qui est surtout une constatation et un coup de gueule. Lorsqu’on a envie de faire une classe transplantée avec sa classe, on commence par feuilleter les brochures d’organisateurs. Si on cherche à pratiquer la voile, l’escalade, le cirque, le théâtre, le dessin... pas de problèmes. Mais si on a l’intention de faire découvrir les sciences de façon agréable et ludique,... On a l’impression que le domaine scientifique se résume à la faune et la flore de la montagne, des bords de mer, avec une petite louche d’écologie pour la bonne conscience ! Il faut cependant reconnaître que l’astronomie est favorisée puisque quelques séjours sont proposés.

Lorsqu’on a enfin trouvé un séjour qui convient, il reste à finaliser le projet sur les formulaires administratifs. Et sur le formulaire, on a le choix entre classe de montagne, classe de mer, classe artistique, classe patrimoine !...
Pour conclure, il faut être conscient que les disciplines scientifiques ne sont pas ou peu abordées à l’école primaire. Si tous les enfants ont fait germer une graine de lentille ou de haricot, ont vu un hamster en classe, parfois suivi un ver à soie tout au long de sa vie, connaissent les organes de l’appareil digestif et les trois états de l’eau, quelques uns ont manipulé des fils, des piles, des ampoules, rares sont ceux qui ont abordé l’optique, l’électronique ou le magnétisme qui sont pourtant dans nos programmes.

Revenons à cette classe astronomie. Il s’agissait de ma troisième classe du même type. La première avait eu lieu au Petit-Bornand et c’était Marc qui l’animait. Avec la deuxième, j’ai fait la connaissance de Notre-Dame du Pré et d’Adrien. Elles ne furent malheureusement pas entièrement réussies non pas à cause des animateurs, mais le temps n’a pas été vraiment avec nous. Ces deux fois, nous avons eu de belles journées mais les nuages arrivaient dans la soirée et toute observation nocturne fut impossible. Par chance, l’observation du Soleil compensa quelque peu la déception de ne pouvoir admirer planètes et constellations.

Cette année serait bien sûr la bonne. C’est avec énormément de plaisir que je retrouvais Adrien. Je l’apprécie beaucoup car c’est quelqu’un qui est d’un contact agréable tant avec les adultes qu’avec les enfants, toujours disponible, prêt à faire partager ses connaissances avec les autres. C’est ainsi que le premier soir, je le trouvais en train de faire découvrir aux autres animateurs et au personnel du centre les constellations et les planètes, de donner des explications sur son matériel, en attendant l’arrivée des enfants.

J’étais assez optimiste pour le temps de la semaine, aussi quand Adrien a proposé dès le premier soir d’observer le ciel, je n’étais pas très chaud. Mais comme il me l’a fait remarquer : ce soir, c’est possible, on ne sait pas si plus tard on pourra, alors on y va. Je pense que les enfants se souviendront longtemps de cette séance : Adrien avait installé un télescope, une lunette et ils ont pu ainsi admirer Saturne, Jupiter, la Lune, Orion. La première vision du ciel nocturne est vraiment inoubliable et ils furent subjugués. La découverte des constellations, leur repérage, les ont beaucoup marqués puisqu’ils en parlent encore. Malheureusement, cette découverte se fit par un froid de canard : - 6° vers 20 heures avec un fort vent du nord (ce fut la nuit où les arbres fruitiers gelèrent dans la région !) , et malgré tout l’intérêt que l’on pouvait porter au ciel, on pensait plus au froid qui nous transperçait qu’à approfondir nos connaissances. Ce fut la première fois que j’ai pu faire une observation nocturne avec les enfants. Ce fut aussi la dernière ! Car dès le lendemain, le ciel se couvrit mais les enfants purent cependant observer le Soleil avec la lunette. Ils ne manipulèrent ni n’utilisèrent la carte du ciel et le cadran solaire qu’Adrien leur avait fait construire.

La classe était partagée en deux groupes d’une douzaine d’enfants chacun ; un groupe travaillait en astronomie sous la conduite d’Adrien pendant une demi-journée tandis que l’autre découvrait le village, la montagne... avec un animateur. Pour ma part, j’allais dans l’un ou l’autre groupe de façon à avoir un aperçu de tout ce qui se faisait.
Dans le domaine astronomique, les enfants abordèrent pour commencer des notions importantes de distance comme l’année-lumière, les grandeurs dans le système solaire, etc. Ce sont des notions difficiles à appréhender pour des enfants de cet âge car les nombres cités sont tellement grands qu’ils ne peuvent se les représenter.

Ce fut plus facile avec le Soleil et les composantes du système solaire ; Adrien balaya les erreurs quand il évoqua les éclipses ; ce fut de nouveau plus difficiles avec les galaxies, les amas stellaires. Heureusement, les photocopies, les diapos ou les films proposés par Adrien ont rendu plus concret le discours. Lors des veillées, notre animateur préféré eut la bonne idée de passer quelques vidéos et les questions posées après le visionnement montraient l’attention des enfants.
Je crois que cet apport visuel est extrêmement important. Pour la plupart des enfants, l’espace c’est quelque chose de noir avec des points brillants, c’est la Lune la nuit et le Soleil le jour, c’est des spationautes et des satellites dans le meilleur des cas, des extra-terrestres et des monstres dans le pire. C’est pour cela qu’avoir commencé le séjour par une observation nocturne, avoir pu transformer visuellement deux de ces points brillants en Saturne et Jupiter a été fortement bénéfique pour la suite du séjour malgré les contraintes météorologiques.

Le point d’orgue du séjour fut le planétarium. Ce que les enfants m’ont raconté par la suite est assez révélateur car tous en ont gardé un souvenir fantastique, plus que l’observation elle-même. Ce n’est pas tant la projection des constellations sur la voûte qui les a marqués, mais l’entrée dans cette demi-sphère obscure qu’il faut un peu forcer. Je penserai presque à une sorte de rite, pénétrer dans un sanctuaire parce que eux, ils savent, contrairement à l’autre classe qui nous accompagnait : ils sont maintenant des initiés.

Je remercie Adrien qui a réussi à faire prendre conscience aux enfants qu’ils faisaient partie d’un univers qui ne se limitera plus à leur village et à l’année prochaine.

Un professeur de L’école Notre dame des Prés en Hte Savoie


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 4666 / 982693

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le centre d’animation  Suivre la vie du site Quelques exemples d’animation   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License