Club d’Astronomie de Lyon Ampère

Un C14 sur une monture Titan

dimanche 17 avril 2005 par Olivier Garde

Le but de cet article est de vous faire découvrir un système automatique d’observation alliant précision, robustesse et ergonomie. La monture Titan, fabriquée par Losmandy en Californie, est issue des technologies mis en œuvre dans le domaine du cinéma. La firme, installée à Hollywood, fabrique essentielement des systèmes de travelling, grue, luma, pour les grandes productions hollywoodiènes.

Mais elle dispose aussi d’un département astronomie, qui fabrique des montures équatoriales ; elle a à son catalogue 3 montures qui se caractérise essentiellement par la charge utile qu’elles peuvent supporter et la précision du suivie.

Le C14 sur sa monture

La plus petite, la GM8 peut supporter 15Kg de charges utiles, la G11, modèle intermédiaire, peut supporter 30 Kg alors que la plus grosse, la HGM titan peut supporter jusqu’à 50Kg. De plus cette dernière monture est donnée avec une erreur périodique de +/- 5 secondes d’arc maximum.

La HGM Titan est composé de 4 parties qui s’assemblent facilement :
- Le trépied, composé d’une tête supportant la base de la monture et de 3 pieds en aluminium anodisé noir.
- La partie « ascension droite » avec l’axe polaire et le moteur/réducteur alpha.
- La partie « déclinaison » avec une queue d’aronde pour la fixation du télescope et le moteur/réducteur delta.
- La partie « contre poids » composé d’une barre en acier de 30mm sur laquelle on peut fixer plusieurs contre poids de 10 Kg (pour un C14 munie d’une CCD SBIG, il faut 30 Kg de contre poids)

Schéma de la monture

Le poids total de la monture ainsi assemblée, hors contre poids et télescope, est de 70Kg.
La monture est doté d’un système de pointage réalisé par René Görlich, le gemini system, qui permet de pointer n’importe quel objet du ciel avec une très bonne précision. Ce système tient compte de la flèxion inévitable de la monture selon sa position. Lors de l’initialisation du système, on pointe plusieurs étoiles différentes situées de part et d’autre du méridien. Le système intégre donc ce modèle de pointage et corrige la position du télescope en fonction de l’objet pointé.

Détail de la monture

La mise en station est facile à mètre en œuvre : la monture est alignée sur l’étoile polaire grâce au viseur polaire intégré à la monture. On allume le système de pointage gémini ou l’on indique l’heure TU et les coordonnées géographiques du lieu d’observation (ce paramétrage peut aussi se faire automatiquement si l’on connecte un récepteur GPS sur l’entrée RS 232 du système). En suite, le système demande à l’utilisateur de pointer une étoile figurant parmis une liste d’étoile actuellement visible en fonction du lieu et de la date de l’observation. On choisie donc une étoile, le télescope se déplace alors pour pointer cette étoile. On corrige ensuite le pointage en ramenant l’étoile cible dans le centre de l’occulaire ou de la ccd. Si l’on veut accroître la précision de pointage, on recommence avec plusieurs autres étoiles. En ce qui me concerne, j’établis un modèle de 4 à 6 étoiles et j’obtient ainsi une précision qui me permet d’avoir à chaque fois l’objet au centre de ma CCD..

La raquette est très simple d’emploi seul 7 boutons permettent d’avoir accès à la totalité des fonctions. 4 pour les directions nord, sud, est ouest, 2 pour inverser le sens de déplacement en alpha et delta et un dernier pour accéder au menu du système.

La raquette

Pour le suivie, le système est doté d’une correction périodique d’erreur (PEC). Il s’agit de corriger manuellement en visuel ou automatiquement en CCD, la position à chaque instant de l’étoile dans le champ de l’occulaire ou de la CCD pendant la durée nécessaire à la vis sans fin d’entraînement de l’axe alpha pour faire un tour (soit 5’33’’ pour la Titan). Une fois ces corrections effectuées et enregistrées dans la mémoire du système Gemini, celui ci corrige les écarts en applicant les corrections enregistrées précédemment. Ces données sont conservées dans la mémoire du système même une fois hors tension. Un autre système de suivie permet de suivre les comètes par exemple, il suffit d’indiquer au système, l’heure et les coordonnées de départ ainsi que l’heure et les coordonnées finales, il calcul ensuite la vitesse et la trajectoire entre ces deux points.
La tête de la monture est équipée d’une platine avec une queue d’aronde universelle, ce qui permet de fixer n’importe quel type de matériel grâce aux divers adaptateurs que Losmandy commercialise.

Le tube que j’ai choisi est un Celestron de 14 pouces (356mm de diamètre avec une focale de 3,91m, il est ouvert à F/D11). Je l’utilise principalement avec un réducteur de focal à f/6.3 pour le ciel profond et les astéroïdes. Différents critères m’ont fait opté pour l’achat d’un C14 plutôt que d’un Meade 14’. Tout d’abord le shifting du miroir principale est très important sur les Meade 14’ que j’ai pu tester. Il existe néamoins une vis de blocage du miroir primaire, mais son serrage provoque un déplacement bancale du miroir sur plusieurs dizaines de milimêtres. La deuxième raison, c’est le poids du tube Meade qui est 7 à 8 kg plus important que le tube Celestron (le C14 à une masse de 22 Kg tout de même, mais reste maniable par une personne grâce aux 2 queues d’arondes qui équipe le tube). Il est dommage que Celestron ne fasse pas de tube en fibre comme pour le C11, on aurait gagné quelques kilos. Autre regret, au niveau du chercheur livré avec le C14, un 9x50 pas franchement ergonomique, je l’ai complété d’un viseur Telrad.

La monture en caisses

L’ensemble C14 + monture dépasse les 120 Kg auquel il faut rajouter la masse de la CCD et des autres accessoires. Coté transport, l’ensemble tient dans 4 caisses que l’on peut loger dans un break ou un monospace et il faut compter 30 à 40 minutes pour l’installation et la mise en station.

Pour tout compléments d’informations, voir les sites www.losmandy.com et www.celestron.com

Par Olivier GARDE (o.garde@wanadoo.fr)


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 8520 / 961944

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site De la technique  Suivre la vie du site Du matériel   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License