Club d’Astronomie de Lyon Ampère

Le cycle de conférences 2005-2006

mercredi 7 septembre 2005 par webmaster

Comme chaque année, le Club d’Astronomie de Lyon Ampère en partenariat avec le muséum de Lyon propose de découvrir l’astronomie à travers un cycle de 6 conférences aussi passionnantes que complètes.

Le dépliant du programme
Qualité impression
Le dépliant du programme
Qualité web

Voici le petit guide qui vous permettra de connaître les dates et thèmes des conférences de la saison 2005-2006. Alors, tous à vos agendas !

Les conférences se déroulent à partir de 20h00 au :

Muséum d’Histoire Naturelle
Musée GUIMET
28, bvd des Belges
69006 LYON

Entrée libre...

Mercredi 16 novembre 2005

M. Pierre THOMAS Professeur - Laboratoire de sciences de la Terre - CNRS/ENS Lyon :

Cassini / Saturne

Depuis juillet 2004, Cassini tourne autour de Saturne, et Huygens s’est posé sur Titan en janvier 2005. Nos connaissances sur le système saturnien en sont révolutionnées. La dynamique de la haute atmosphère de Saturne est très mouvementée. Les anneaux sont un champ d’ondes et de vagues qui se superposent à une régularité mathématique. Les petits satellites sont étranges, voire "spongieux". Chacun des 6 satellites de taille intermédiaire est un monde à lui tout seul, bien différent des autres. Encelade en particulier, avec ses failles qui crachent de la vapeur d’eau est bien énigmatique. Titan quand à lui se révèle différent de ce à quoi on s’attendait, mais fascinant. Et la mission ne fait que commencer, puisque qu’un quart seulement des survols programmés ont déjà eu lieu. Nous attendons la suite avec impatience.

Mercredi 14 décembre 2005

M. Bruno REYNARD Directeur de recherches - Laboratoire de sciences de la Terre - CNRS/ENS Lyon :

De l’exploration de Mars à la découverte de cratères dans le Sahara oriental

L’observation par satellite de la surface de Mars stimule la mise au point de nouvelles techniques que l’on teste sur la Terre avant d’envoyer des missions sur la planète rouge. Parmi ces techniques, l’observation radar est particulièrement performante en milieu désertique car elle permet de "voir" à travers une couche épaisse de sable sec. On espère ainsi pouvoir observer l’eau piégée à quelques mètres ou dizaines de mètres dans le sol martien, et spéculer sur la possibilité de vie sur Mars ! Sur Terre, l’imagerie par radar a été testée sur des zones désertiques comme le Sahara, et les résultats sont à la hauteur des espérances : on découvre ainsi sous le sable les traces des rivières y qui coulaient il y a 10 000 ans et on révèle les structures géologiques du sous-sol. Parmi celles-ci, des structures circulaires intriguent l’oeil du chercheur par leur similitude avec les cratères des surfaces de la Lune ou de Mars. Reste à aller dans le désert, à la quête des traces de possibles impacts de météorites : comment l’exploration de la planète Mars permet de redécouvrir la Terre...

Mercredi 11 janvier 2006

M. Georges PATUREL Astronome - Observatoire de Lyon :

Résultats récents sur la constante de Hubble et l’expansion de l’univers

La constante de Hubble, qui mesure l’expansion de l’univers, est extrêmement difficile à déterminer. Calculée par l’astronome E. Hubble dans les années 1930, elle a été révisée de nombreuses fois. Les déterminations récentes, qui prennent en compte des biais statistiques subtils, donnent une valeur environ dix fois plus faible que la valeur historique.

La plupart des modèles cosmologiques montrent que la constante de Hubble doit changer avec l’âge de l’univers. Des mesures récentes, basées sur l’observation de supernovae lointaines, accréditent une telle variation, en montrant que l’expansion est accélérée.

Mais, quelques zones d’ombre demeurent. En effet, l’expansion de l’univers, qui résulte de l’homogénéité de la distribution de la matière, est mise en évidence à des distances très courtes, là où les galaxies ne sont pas distribuées de manière homogène. Ce résultat surprenant pourrait s’expliquer en prenant en compte l’énergie mystérieuse que réclament plusieurs observations largement confirmées : la rotation anormale des galaxies, la stabilité des amas de galaxies et les arcs gravitationnels.

Nous ferons le point sur ces questions en plein essor, desquelles pourrait émerger une vision nouvelle de notre univers et de la physique.

Mercredi 15 février 2006

M. Francis ALBAREDE, Professeur de géochimie ENS de Lyon

Les premiers âges du Système Solaire

Il peut sembler paradoxal qu’il n’ait fallu guère plus de temps au Système Solaire pour former ses premières planètes à partir d’un nuage de gaz et de poussières qu’aux grands singes pour devenir des hommes et que la formation d’un ensemble flambant neuf de planètes en parfait état de marche n’ait été plus longue que le temps qui nous sépare de la fin des Dinosaures ! On reviendra sur les progrès récents de la chronologie des premiers âges du Système Solaire et sur les évènements qui ont marqué l’apparition de notre environnement planétaire familier, y compris bien sûr l’apparition de la vie.

Mercredi 3 mai 2006 [1]

M. Francesco BERETTA, chargé de recherche au CNRS, Lyon, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA UMR CNRS 5190)

L’affaire Galilée, entre mythe et réalité : comment écrire l’histoire d’un procès du 17e siècle ?


Autour d’un montage-images, on découvrira comment l’historien retrouve et
utilise les documents pour reproduire l’atmosphère du monde baroque qui a
vu l’astronome Galilée soumis à procès et condamné à abjurer
l’héliocentrisme, monde bien différent des représentations que nous en
avons aujourd’hui.

Mercredi 24 mai 2006 [2]

M. Pierre THOMAS Professeur - Laboratoire de sciences de la Terre - CNRS/ENS Lyon :

Les météorites

Les météorites ont toujours fasciné les hommes, qui parfois même les vénèrent ou les déïfient. D’ou viennent-elles ? Leur étude apporte 4 points majeurs dans notre comprehension du système solaire : (1) ce sont des agents qui ont faconné et qui faconnent encore la surface des planètes. (2) Ce sont des témoins irremplaçables qui nous racontent l’histoire de la formation du système solaire. (3) Elles ont apporté sur Terre des molécules organiques necessaire à l’éclosion de la vie. (4) La vingtaine de météorites venant de Mars représente, pour l’instant, la seule voie d’accès pour analyser chimiquement et précisement cette planète. Heureusement qu’il y a des météorites !

Attention : en raison de travaux au Muséum, les deux dernières conférences ont été changées de dates !

[1Conférence initialement prévue le 15 mars 2006

[2Conférence initialement prévue le 12 avril 2006


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3010 / 981390

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les manifestations  Suivre la vie du site Les évènements passés...  Suivre la vie du site Manifestations 2006   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License