Club d’Astronomie de Lyon Ampère

Aladin - Identifier un objet en mouvement sur une image astronomique

dimanche 15 août 2010 par Christophe Gillier

Lorsque l’on photographie le ciel, il n’est pas rare de capturer, en plus de la nébuleuse ou galaxie visée, des objets en mouvement. Certains de ces objets sont indésirables comme les avions, mais d’autres agrémentent le cliché et
mettent un peu de vie comme les astéroïdes ou les étoiles filantes. Je vous propose ici de voir sur un exemple concret une manière d’identifier un astéroïde qui a laissé sa trace sur une photo de nébuleuse.

L’université de Strasbourg met à disposition gratuitement sur internet un logiciel qui permet aux utilisateurs de visualiser des images digitalisées du ciel et d’y superposer des informations issues de catalogues astronomiques ou de fichiers locaux. Cet atlas interactif du ciel se nomme Aladin et se trouve à l’adresse suivante : http://aladin.u-strasbg.fr/aladin.gml , accès direct à l’applet Aladin.

Nébuleuse de la Rosette (NGC2244)

L’image qui va nous servir ici est une photo de la nébuleuse de la Rosette (NGC2244). Elle a été prise lors de la mission du CALA au Pic du Midi en décembre dernier. Sur le cliché, on constate dans le coin supérieur droit une trace laissée par un objet en mouvement. Il s’agit probablement d’un astéroïde, mais pour en avoir le coeur net nous allons utiliser Aladin pour identifier cet objet. Mais avant cela il y a quelques prérequis : il faut connaître le nom de la cible photographiée (ou ses coordonnées), la taille du champ, la date et l’heure de prise de vue.

L’interface d’Aladin

L’interface de Aladin

Lorsque l’on est sur la page d’accueil, pour lancer le logiciel il faut cliquer
sur l’icône de l’applet Aladin. Sur la nouvelle page qui s’affiche,
l’interface est composée d’une barre d’outils similaire à celle de Windows,
un grand cadre pour l’affichage des images et des informations des
catalogues, une palette d’outils, un cadre de calques dans lequel seront
listés tous les catalogues utilisés et visibles dans la zone d’affichage et enfin un
cadre montrant l’image en entier et permettant de naviguer en mode zoom.

Importer une image

Le sélecteur de serveurs permet d’importer une image de la base de données

Aladin permet d’importer soit sa propre image soit d’utiliser une image de la base de données. Pour notre exemple, nous allons récupérer une image de la base de données. Pour cela, cliquons sur fichier puis ouvrir. Une nouvelle fenêtre apparaît et se nomme sélecteur de serveurs. Grâce à cette fenêtre on a accès à toutes les bases de données d’Aladin : SkyView, DSS, VLA, Hubble,
SkyBot…

Pour notre exemple, nous allons chercher une image de la nébuleuse de la Rosette dans la base Aladin Images. Cliquons sur l’onglet correspondant et entrons la position : ngc2244. Après avoir cliqué sur le bouton chercher, une liste apparaît. Cette liste est un ensemble d’images de tailles différentes et prises à des longueurs d’onde différentes. Il suffit de trouver l’image dont la taille permet de visualiser l’ensemble du champ de notre photo. Pour
l’afficher, cliquons sur l’image désirée puis, dans la nouvelle fenêtre, cliquons sur charger. Après quelques secondes, l’image apparaît dans la fenêtre principale d’Aladin.

Importer le catalogue des astéroïdes

Le sélecteur de serveurs permet aussi d’importer le catalogue d’astéroïdes

Maintenant que nous avons une image du champ photographié, nous allons y superposer les informations sur les astéroïdes. Dans la fenêtre sélecteur de serveurs, cliquons sur l’onglet SkyBot. Nous avons ainsi accès à une base de données des objets du système solaire : astéroïdes, comètes, planètes…
Remplissons les champs en précisant la position (ngc224), le rayon (rayon
d’affichage des informations autour de la position), l’époque (date et
heure de la prise de vue), etc.

Une fois tous les champs renseignés , cliquons sur chercher et après quelques
secondes les informations sur les astéroïdes apparaissent superposées à l’images de la nébuleuse dans la fenêtre principale d’Aladin.

Identification de l’objet

Toutes les informations sont enfin disponibles pour l’identification. Il ne reste plus
qu’à orienter sa photo de manière similaire à ce qu’affiche Aladin (pour faciliter le repérage) et à identifier l’astéroïde qui a laissé sa trace sur notre photo.
Dans notre exemple, le « coupable » se nomme Hypatia. Cet astéroïde a été découvert par Viktor Knorre le 1er juillet 1884.

Conclusion

Ma démarche pour utiliser Aladin en est une parmi d’autres et certainement pas la meilleure. Mais elle permet d’identifier rapidement et simplement un objet sur un champ photographique. Aladin est une base de données très riche, très précise et mise à jour régulièrement. Un autre avantage à ce logiciel est qu’il
est téléchargeable et peut donc être utilisé sans navigateur web (mais
il faut quand même une connexion internet…)

Avec un tel outil, il devient intéressant de passer quelques minutes sur un
cliché pour y chercher un éventuel objet en mouvement. Et qui sait,
peut-être qu’une découverte vous attend…


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1319 / 982144

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site De la technique  Suivre la vie du site De la pratique   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License